Frank Sinatra : Une époque malheureusement révolue !



Quand on me demande ce qui me plaît de l’époque de Frank Sinatra, j’ai en tête (avant même de penser à la musique) « les vêtements ». Pour les hommes, les vestes courtes, épaules bien dessinées, cintrage, tissu léger, grâce à l’émergence des tailleurs italiens, les chapeaux… Pour les femmes, les robes élégantes, tailles cintrées, les épaules arrondies…Et en bout de ligne, et avant tout, la galanterie !


Oui, j’ai toujours été touché par le romantisme qui régnait dans les années ’40 et ’50, puis de moins en moins à partir du début des années ’60 !
Cette façon qu’avaient les hommes d’entrer en contact avec les femmes, la politesse, le respect, la sensibilité et LE TEMPS… Le temps de se regarder, de laisser grandir une flamme, de se désirer, et de s’attendre si c’est pour le mieux…


Le temps de rêver pour que ce puissant sentiment de l’autre finisse par habiter non seulement notre corps, mais tout notre être. Pour que chaque moment auprès de l’autre nous rappelle que le processus qui mène à l’amour a autant de valeur que l’amour lui-même.


Bref être romantique c’est une attitude générale, une écoute du cœur qui nous fait penser à l’autre et à comment on a envie de lui montrer qu’on l’aime, spontanément et simplement…Les petits textos quotidiens pour se dire bonjour, comment tu vas, je t’aime…


En fait, le romantisme, c’est le respect de l’autre sous toutes ses formes, c’est très simple et c’est un cadeau qui ne coûte rien !


La remise en question des valeurs traditionnels de l’après Sinatra était normale, tout comme la révolution des mœurs qui s’en est suivie. Par contre l’individualité qui en est l’héritage nous a quelque peu éloigné de l’autre, lequel, passe maintenant APRÈS soi… Malgré tout, je continu quand même de laisser passer les femmes AVANT moi… quitte à passer pour un personnage d’un autre temps…



Bref que l’on soit de l’époque de Frank Sinatra ou de celle de Justin Bieber, on réalise tous, tôt ou tard, que notre individualité (ou notre identité) dépend de celle des autres !


En terminant je vous raconte comment mon fils, a rigolé le jour je lui ai raconté comment j’avais séduit sa mère « dans notre jeune temps »… Je cherchais depuis plusieurs mois une façon de charmer cette fille qui était à la même polyvalente que moi. Alors qu’on était dans un party disco entre amis, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai demandé au gars qui mettait la musique de prendre une pause afin de me laisser chanter une chanson de Frank Sinatra à toutes les filles présentes. Lorsque je me mis à chanter, avec tout mon cœur, je fixai du regard celle que je convoitais avec toute la vérité du monde dans les yeux…Puis après ma performance, sous les applaudissements, le party reprit son cours …mais une petite flamme était allumée, et pour longtemps…


Quand mon fils m’a dit « papa cé donc ben kétaine ton histoire… » Je lui ai répondu ; « C’est peut-être kétaine mon gars…mais tu sauras que cette fille-là, aujourd’hui c’est ta mère…pi si c’était pas de Frank Sinatra…ben tu serais pas là aujourd’hui …»


Alain Dumas